La mécanique des dessous aux Arts Déco : la lingerie dévoilée

Vous serez surpris par l’ingéniosité et l’imagination des différentes formes d’artifices que les hommes et les femmes emploient depuis des siècles pour modeler, transformer, sublimer leurs silhouettes. Le musée des Art Déco dévoile dans une exposition originale et insolite la mécanique cachée de ces supercheries.

Rembourrage, crinolines, corsets, paniers, ceintures d’estomac, gaines, culottes rembourrées aux fesses, faux-mollet, faux-cul, shorties gainants, soutien-gorge pigeonnants… c’est près de 200 pièces qui sont exposées au musée des Arts Déco – la plus ancienne étant un pourpoint de 1370 – retraçant ainsi des siècles de lingerie, un artifice utilisé depuis toujours pour redessiner la silhouette.

Les dessous des hommes et des enfants

Le plus frappant pour moi a été de découvrir l’importante collection des différents artifices développés pour les hommes du Moyen Age au début du XXe siècle : braguettes rembourrées, pourpoints, faux mollets, et ceintures pour hommes… le dandy d’autrefois était bien paré pour souligner sa virilité. Mais ceci me donne bien envie de faire un article dédié aux dessous masculins !

Ceinture pour homme 1er-tiers du XXe siècle
© Patricia Canino

 

Les enfants non plus ne sont pas en reste. En effet, le corps de l’enfant était considéré comme « mou », fragile et incomplet, et devait donc être tenu par un corset dès le plus jeune âge pour ne pas se déformer…

Mode et démesure

Le parcours de l’exposition se ponctue de beaux extraits de films en costumes d’époque, qui rendent merveilleusement l’attachement de nos ancêtres à leurs toilettes. On y voit de nombreux domestiques s’affairer autour de leurs maîtres pour les parer de toutes parts. Importance démesurée du paraître.

Certes, la mode n’a pas hésité à aller jusqu’à la démesure ! En témoignent ces grandes cages circulaires qui se portaient autour de la taille pour amplifier les robes, appelées crinolines, qui rendaient le passage de ces dames à travers une porte difficile… Et Théophile Gautier de s’exclamer : « Et bien ! L’on fera des salons plus grands, on changera la forme des meubles et des voitures, on démolira les théâtres ! La belle affaire ! Car les femmes ne renonceront pas plus à la crinoline qu’à la poudre de riz. » (De la mode, 1858)

Alors on s’évertue d’ingéniosité, et on invente des modèles pliables :

Pour se rendre compte par soi-même des différentes structures présentées, le musée invite ses visiteurs a essayer tout une panoplie de dessous reproduits pour l’occasion. De quoi s’amuser un peu !

La mécanique des dessous Art déco 1

La mécanique des dessous Art déco 2

 

La-mécanique-des-dessous-Art-déco-3bis

La mécanique des dessous Art déco 4

 

Le corset était en réalité le seul vêtement qui agissait directement sur le corps. Véritable instrument de torture, il amenait les femmes jusqu’à l’évanouissement et pouvait provoquer des déplacements d’organes. Faux culs, coussins de toiles, crinolines, quant à eux modifiaient la silhouette sans pour autant intervenir sur le corps lui même.

Ce sont vers les années 1900 que les couturiers Nicole Groult, Paul Poiret et Madeleine Vionnet commencent à libérer la silhouette des femmes et mettent au goût du jour une ligne plus « naturelle ». Le corset disparaît progressivement au profit des « gaines » élastiques marquant moins la taille mais affinant les hanches et les cuisses pour se plier à l’esthétique du moment qui demandait une silhouette plus « tubulaire » aux femmes. Les premiers maintiens-gorge, corselets-gorge ou gorgerettes font leur apparition à la fin du 19e, mais c’est au cours des années 1920 que l’invention se répand, autorisant alors aux femmes la pratique des exercices physiques et du sport.

Et la lingerie d’aujourd’hui ? Soutien-gorge Push-up et lingerie shapewear

Corset et crinoline continuent cependant à peupler l’imagination des grands couturiers d’aujourd’hui, mais dans une approche beaucoup plus érotique voire fétichiste.

Corset et crinoline moderne

Thierry Mugler, Prêt-à-porter, printemps-été 1992 © Guy Marineau

On a pas pour autant abandonné l’idée de modeler, maîtriser le corps. N’oublions pas par exemple le tant prisé modèle de soutien-gorge « push-up », mais également le retour en force du « shape wear », et la réapparition de gaines dans des matériaux plus techniques qu’autrefois. Mais les transformations s’opèrent désormais surtout de l’intérieur, à travers régimes, sport et chirurgies esthétiques. Les hommes et les femmes éprouvent depuis toujours la nécessité de discipliner leurs corps par des moyens multiples. Les pratiques ne sont que transformées, renouvelées.

 

Publicité Wonderbra

Publicité Wonderbra

 

Et vous, pensez vous qu’il est important de modeler votre corps ?

 

Exposition « La mécanique des dessous, Une histoire indiscrète de la silhouette »

Musée des Arts Décoratifs

Du jeudi 4 juillet au dimanche 24 novembre 2013 :
– Mardi, mercredi, vendredi, samedi et dimanche de 11:00 à 18:00
– Jeudi de 11:00 à 21:00
107, rue de Rivoli
75001
Paris
01.44.55.57.50

Tarifs d’entrée :
– Plein tarif : 9.5 €
– Tarif réduit : 8 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *