Les dessous de Madame Bovary

Madame Bovary, romantique invétérée, m’a inspiré cette sélection de lingerie fine et raffinée qui saura faire ressortir la femme passionnée et élégante qui est en vous.

 La genèse du roman

Madame Bovary fut un travail de longue haleine. Flaubert y travailla pendant cinq ans. Il fut initialement publié sous la forme de feuilletons et, le gérant de la revue, l’imprimeur et Gustave Flaubert furent jugés pour « outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs ». Tous furent acquittés et le roman au doux parfum de scandale connût un important succès en librairie… avant de faire partie de ces livres majeurs qui sont à la base de toute culture générale.

L’histoire d’un destin hors du commun

Emma Rouault, fille d’un petit notable de province, éduquée au couvent trompe son ennui en lisant des romans à l’eau de rose et s’imagine l’héroïne d’un de ces livres où s’enchaînent bals, toilettes somptueuses et amours passionnées. Elle épouse finalement Charles Bovary, officier de santé médiocre auprès de qui elle devient désenchantée et malheureuse. Mais une invitation à un bal donné par le marquis d’Andervilliers lui redonne instantanément toute sa foi dans l’existence de la vie qu’elle avait rêvée. Cependant, Emma tombe enceinte et, sur une décision de son époux, quitte la ville et ses lumières pour s’installer dans un petit village normand. Elle fera la connaissance des personnalités locales : le pharmacien, le curé, le jeune clerc de notaire Léon Dupuis et Rodolphe Boulanger, bel homme libertin, propriétaire du château avoisinant. Emma donne ensuite naissance à une fille, Berthe, ce qui la déçoit terriblement. Elle qui espérait un garçon plonge dans une mélancolie profonde, n’éprouve plus aucun amour pour son mari et noie son chagrin dans des dépenses somptuaires. Ses luxueuses tenues entretiennent son illusion d’une vie trépidante faite de richesse, de voyages, de baisers effrénés. Elle cèdera ensuite aux avances de Rodolphe, puis de Léon, mais ses amants se lasseront vite de cette femme à la sensibilité exacerbée. Seule, endettée, elle met fin à ses jours.

Un personnage flamboyant

Bovarygravure

Madame Bovary se caractérise par son esprit romanesque,  cet esprit qui consiste à vivre au-delà de l’horizon, à être incapable de tirer des choses qui nous entourent leur saveur, leur grâce, leur agrément, et à croire que saveur, grâce, agrément, poésie et bonheur sont toujours ailleurs que là où l’on est.

Toute la liaison d’Emma avec Rodolphe, son premier amant, est surtout une affaire d’imagination. C’est avec lui qu’elle fait, l’éternel rêve du pays lointain, de l’Espagne avec guitares, de l’Italie avec flots bleus, de l’Orient avec minarets et palanquins. Rodolphe est comme le vase, agréable du reste à regarder et à caresser, où elle verse le romantisme qui remplissait son âme et qui en débordait. Il faut que Rodolphe soit le héros byronien, lamartinien et à la Walter Scott qu’elle a aimé, depuis qu’elle lit, de toutes les puissances de son imagination violente.

Même après l’écroulement de son idéal,  après la rupture avec Rodolphe, il restera toujours à Mme Bovary quelques restes de l’instinct romanesque qui ne disparaîtront jamais.  Elle devient cabotine. Elle fume, se promène une cravache à la main ; elle veut assister à un bal masqué ; elle se grise.

D’après Biographie et psychologie des personnages de Madame Bovary et l’article d’Émile Faguet, Flaubert, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1899.

Une icône de cinéma

Le roman de Flaubert a inspiré pas moins de 16 films dont, en 1933 Madame Bovary de Jean Renoir. En 1949. Vincente Minnelli confie à Jennifer Jones le rôle titre dans son interprétation de Madame Bovary.

VMBovary

Isabelle Huppert, dans le Madame Bovary de Claude Chabrol marquera les mémoires.

IHBovaryaffiche

IHBovarydéshabillé

 

Récemment, Gemma Bovery, d’Anne Fontaine revisitait avec brio le destin de cette femme qui a su marquer aussi bien la littérature que le cinéma.

Gemmaaffiche

 

 Extrait de l’œuvre de Flaubert :

Flaubert décrit avec précision les dessous de Madame Bovary : « sa lingerie raffinée, avec jupon, pantalons et crinoline, ses bijoux, le cold-cream sur sa peau et le patchouli dans ses mouchoirs ».

Il décrit aussi ses dessous à travers le prisme de Léon, l’amant gauche et maladroit qui voit sa maîtresse se dénuder devant lui : « Il savourait pour la première fois l’inexprimable délicatesse des élégances féminines. Jamais il n’avait rencontré cette grâce de langage, cette réserve du vêtement, ces poses de colombe assoupie. Il admirait l’exaltation de son âme et les dentelles de sa jupe ». Emma et ses vêtements forment un tout et sont inséparables de l’idée que Léon se fait de l’amour romantique.

IHBovarycorset

D’après l’article L’œil et la vestignomonie – ou les regards portés sur l’élégance d’Emma dans Madame Bovary, Shoshana-Rose Marzel in Revue Flaubert, n° 8, 2008 | Madame Bovary, encore (Numéro réuni par Yvan Leclerc, avec la collaboration de Juliette Azoulai.)

Le romantisme d’une lingerie fine, essence même de la féminité :

Au début, Flaubert ne voulait pas qu’on illustrât son roman avec un portrait de femme, pour laisser libre cours à l’imagination du lecteur. Je me suis néanmoins octroyée la permission d’imaginer ce que porterait aujourd’hui Madame Bovary.

J’ai opté pour ce body Patrick ivoire, de la créatrice Paloma Casile qui m’évoque les déshabillés romantiques et faussement ingénus de cette femme passionnée.

body-patrick-ivoire

 Madame Bovary, grande adepte des corsets et serres-tailles en tous genres ne s’imposerait plus aujourd’hui des sous-vêtements si contraignants. Mais elle succomberait, j’en suis sûre, à un porte-jarretelles si chic et si sexy !

 Rien n’est trop luxueux pour cette femme qui collectionnait les tenues aux étoffes somptueuses. Je la verrai très bien dans cet ensemble en soie et dentelle de la marque Jolies Mômes.

Et nous ?

Personne ne peut envier un tel destin mais pourquoi ne pas s’accorder un peu de poésie, de luxe et de raffinement pour l’espace d’un instant faire revivre la femme romantique, passionnée et sensuelle qui sommeille en chacune de nous ?

 

Dans cet article

1 Commentaire

  • Lucie dit :

    Superbe article : ) ! Ça donne envie de (re)découvrir les films, de pschitter du patchouli dans son tiroir à lingerie et d’aller flâner dans la campagne normande !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *